Revue de presse

La Revue Générale
Le Ligueur
L'Echo
Le Soir (Eco-Soir)
AXELLE (Edité par Vie Féminine)
Mutations (Yaoundé, Cameroun)
La Lettre de CULTURE et DEMOCRATIE
Institut Sépharade Européen (site web)
ARTE (Belgique) et RTBF (La Une)
Le Soir (suppl. Victoire)
La Libre Belgique
Le Soir
De Morgen
La DH
L'ESSENTIEL
www.ALTERECHOS.be
Bulletin de l'Union des artistes du spectacle
La Libre (La Libre entreprise)
The Brussels Magazine
VLAN
RH Tribune
Entreprendre
LEMATIN.ma
Le Vif / L'Express
GUEST (n° 9)
LA LIBRE
Le Phare (Quotidien indépendant, Kinshasa)
L'Eventail
Trends-Tendances
Regards
Femmes d'aujourd'hui
METRO
LA TRIBUNE DE BRUXELLES
Vers l'avenir
<b>TELE-BRUXELLES</b>
LE JOURNAL DU MARDI

La Lettre de CULTURE et DEMOCRATIE
Séverine Monniez et Georges Vercheval

La Lettre de CULTURE et DEMOCRATIE
"Ti t'appelles Aïcha, pas Jouzifine".

« On revient revigoré de ce voyage, de ce regard croisé entre Orient et Occident, entre licite et illicite, entre colère et pardon, ‘entre eux et nous’ » , commente le comédien Sam Touzani. Le livre regorge d’émotion, de doutes et d’espérances, d’autodérision aussi.

L’une est née au Maroc, l’autre pas. L’une a des parents assez tolérants, l’autre pas. Pourtant, Aïcha et Mimi pourraient être sœurs. Issues de familles marocaines, elles ont grandi à Bruxelles et connu les tiraillements entre deux cultures. Elles sont toutes deux passées de la fête de l’Aïd à la Saint-Nicolas et de l’intransigeance paternelle à la lutte pour l’émancipation des filles. Apprentissages douloureux ou déconvenues burlesques, l’auteure nous emmène dans le dédale de ses souvenirs et de ses conversations drolatiques, et nous permet de mieux comprendre les aspirations – inconciliables ? – que vivent les jeunes de la « deuxième génération ». Une ‘arme de combat’ ? Une étude ethno-socio-psychologique sur l'immigration ? Non : un récit qui suscite des émotions et un questionnement sur soi, quelles que soient les origines du lecteur.

La "Journée de la femme" (...) et le thème de la 38ème édition de la Foire du Livre de Bruxelles (...) ne pouvaient réserver meilleur contexte à la présentation du livre de Mina Oualdlhadj. Le propos de l’auteur s’inscrit parfaitement dans le fil rouge de la Foire du Livre – les « Mots en Colère » soucieux de liberté d’expression et d’égalité dans un monde pluriel – même si ‘Ti t’appelles Aïcha, pas Jouzifine’ ne se veut en aucun cas une revendication sur terrain d’immigration.

Un débat public sera organisé (...) dans l’espace ‘Forum Le Soir’, le samedi 8 mars (...) avec comme intervenants, outre Mina Oualdlhadj, auteure du livre, trois personnalités issues de nos universités (ULB, ULg, UCL), deux du monde associatif (...) et deux artistes: Pascale Vielle, Anne Morelli, Hassan Bousetta, Véronique Lefrancq, Myriem Amrani, Hassiba Halabi, Quentin Dujardin.(06-03-2008)