Revue de presse

<b>TELE-BRUXELLES</b>
Le Soir (suppl. Victoire)
VLAN
The Brussels Magazine
Entreprendre
LE JOURNAL DU MARDI
Bulletin de l'Union des artistes du spectacle
Le Ligueur
RTBF- La Première - Et dieu dans tout ça ?
www.ALTERECHOS.be
Le Soir
Vers l'avenir
LEMATIN.ma
L'Echo
L'ESSENTIEL
METRO
Institut Sépharade Européen (site web)
AXELLE (Edité par Vie Féminine)
Mutations (Yaoundé, Cameroun)
Femmes d'aujourd'hui
Trends-Tendances
Le Soir (Eco-Soir)
La DH
RH Tribune
La Revue Générale
La Libre (La Libre entreprise)
La Libre Belgique
De Morgen
GUEST (n° 9)
ARTE (Belgique) et RTBF (La Une)
LA TRIBUNE DE BRUXELLES
Regards
Le Phare (Quotidien indépendant, Kinshasa)
La Lettre de CULTURE et DEMOCRATIE
LA LIBRE
Messaggero

L'ESSENTIEL
(Ed. par la Formation pour l'Univ. Ouverte de Charleroi)

L'ESSENTIEL

"Je m’appelle Tamimount, Mimi pour les intimes. En berbère, mon prénom signifie «celle qui a de la chance». C’était d’entrée une mauvaise plaisanterie de mes parents… » Ainsi commence l’histoire de « Ti t’appelles Aïcha, pas Jouzifine ! ». (…)

Avec la « mauvaise plaisanterie » des parents de Mimi, on est d’entrée dans le ton du livre. Un ton dur, avec de la distance et de l’humour.(…) Durs, les rapports de Mimi avec ses parents. (…) Durs aussi, les mots du père de Mimi. Ou encore les mots qui parlent de la mère (…). Dur enfin, le racisme ordinaire de certains profs (…) ou leur maladresse.(…) Mais Mimi vit. Elle vit l’amitié avec Aïcha. C’est cette amitié qui donne de la légèreté à ce livre (…). Un livre dur mais léger comme une libération.(Juin 2008)