Revue de presse

Le Ligueur
Le Phare (Quotidien indépendant, Kinshasa)
ARTE (Belgique) et RTBF (La Une)
AXELLE (Edité par Vie Féminine)
Le Soir (Eco-Soir)
<b>TELE-BRUXELLES</b>
La Lettre de CULTURE et DEMOCRATIE
www.ALTERECHOS.be
Vers l'avenir
L'Eventail
L'Echo
RTBF- La Première - Et dieu dans tout ça ?
Messaggero
L'ESSENTIEL
VLAN
LA LIBRE
LE JOURNAL DU MARDI
Le Soir (suppl. Victoire)
Femmes d'aujourd'hui
METRO
Bulletin de l'Union des artistes du spectacle
RH Tribune
Le Vif / L'Express
Entreprendre
La Libre Belgique
Trends-Tendances
The Brussels Magazine
LA TRIBUNE DE BRUXELLES
La Libre (La Libre entreprise)
La Revue Générale
De Morgen
Institut Sépharade Européen (site web)
GUEST (n° 9)
Mutations (Yaoundé, Cameroun)
La DH
Regards

LA TRIBUNE DE BRUXELLES
Ingrid d’Oultremont

LA TRIBUNE DE BRUXELLES
De l’Oued au plat Pays, quels souvenirs !

Dans ce roman attachant comme tout, Mina libère beaucoup de ‘non-dits’ sur un ton d’autodérision n’interdisant ni les mots de colère, ni la tendresse. A travers la vie des deux héroïnes Aïcha et Mimi, l’auteur a choisi la voie de la fiction réaliste pour raconter la problématique de l’immigration, la vie des familles, le tiraillement entre les cultures marocaine et européenne, l’émancipation des filles, la résilience.

Loin de tout traité ou livre de revendications sociales, “Ti t’appelles Aïcha, pas Jouzifine” est un beau récit plein de vie que n’a pas hésité à préfacer l’artiste Sam Touzani.

Mina Oualdlhadj n’est pas écrivain, elle vit à Bruxelles, est maman de trois enfants et met ses compétences de gestionnaires des ressources humaines au service de crèches communales. Les éditions Clepsydre permettent à chacun d’éditer à compte d’auteur leurs mémoires ou même un roman. Lorsque Mina Oualdlhadj est venue leur parler d’un projet d’écriture qui lui tenait à cœur, les éditeurs y ont tellement cru que “Ti t’appelles Aïcha, pas Jouzifine” a été édité par leurs soins ! (08-05-2008)